Résidence Artistique – Tresorraum

CONCERT/PEINTURE SONORE ROCKART2NOISE

2012 / En résidence dans le Coffre Fort / TRESORRAUM Tübingen (All)

Sur une proposition de:– Serge Le Goff Artiste Français résident permanent à TübingenEn partenariat avec:– l’Office Culturel de Tübingen- l’Institut Français de Tübingen- L’interface de crowdfunding Mutuzz- La Maison des Arts de TübingenSitan Adèle K (Artiste Peintre indépendante) et Tad Bisaha (musicien) coréalisent :– une résidence de création numérique dans la chambre forte du Kunstamt à Tübingen du 04 au 24 juin 2012– Avec en sortie, une série de trois concerts les 21, 22 et 23 juin 2012 à 20h00.Dates: Résidence du 4 au 24 Juin 2012
Genre: Musique mixte & noise
Sitan Adèle K: Peinture vitrail sur pare-brise  ~~~ Tad: Laptop (Pure data)
CONCERTS: 21/22/23 mars 2012
Durée: deux sessions de 3 heures (&+ ?).
Première session: Rock-art2noise (musique mixte) adaptation pour le Tresorraum.
Seconde session: création de Japan s¥ndr’om (Laptop & Tresorraum / noise) – Première le 21 Juin.
Lieu: Tübingen Tresorraum für Elektrische Kunst  ~ Kunstamt  ~Tübingen ~ AllemagneRESUMELe coffre fort, notre auditorium, notre point de rendez-vous, son obscurité, ses qualités acoustiques, son silence, nous immergent dans un espace psychique proche de la grotte.Par un jeu de miroir, nous accédons au confinement d’un présent passé, à évoquer par l’approche sensible les énigmes que posent à notre humanité, en ce moment précis, la matière en fusion dans les sous sols de #Fukushima, dans sa caverne et la matière inerte et vivante des signes pariétaux de nos grottes préhistoriques.Rock Art, graffitis, écritures, logarithmes, signes, symboles, formules tracées, tant de messages dont nous ne percevons le sens profond. Existe-t-il réellement un sens second, un message adressé à (…) ou, sommes nous confrontés simplement à une signalétique dédiée aux usagers, un peu comme nos codes routiers actuels avec leurs symboles et signes omniprésents? La matière picturale de Rock-art2noise explore les signes et symboles des peuples d’hier (pariétal) jusqu’à aujourd’hui (street-art et graffitis). La matière musicale de Japan s¥ndr’om sonde les « abstractions » de la physique nucléaire, nos contemporaines énigmes…Chaque concert accueillera in situ dix personnes maximum.

Ce diaporama nécessite JavaScript.